Et si je devenais minimaliste ?

Je suis un collectionneur dans l’âme. Je n’aime pas jeter, ou plutôt j’aime bien conserver tout un tas de petits objets en me disant qu’ils seront utiles un jour ou l’autre. Je collectionne ainsi les gadgets, les objectifs pour mon appareil photo et les appareils photo si je pouvais, j’ai des dizaines de t-shirt, je suis fan des hoodies, j’ai beaucoup de baskets que je ne mets plus, j’ai plein de sacs à dos, le dressing est rempli, j’aime les nouveautés… bref j’accumule.

Quand nous avons déménagé il y a trois ans pour nous installer dans notre maison, nous avions bien entendu fait un grand vide. Beaucoup d’objets ont été vendus via LeBonCoin, d’autres sont partis à la déchetterie, les vêtements donnés aux associations… Je ne sais pas combien de kilos nous avons pu vider ainsi. Notre maison est plus grande et nous avons une grange et des petits débarras qui permettent de ne pas entasser dans la maison, notamment les cartons ou quelques vieilleries. J’ai aussi acheté un beau meuble de bureau pour bien ranger.

Mais après trois ans, je sais que finalement je suis capable de remplir si je ne fais pas attention. La nature a horreur du vide c’est bien connu. Ma nature étant à l’accumulation le danger de remplir les espaces est bien là. Mon meuble de bureau est ainsi bien plein.

Et puis ma tendance n’est pas forcément à l’ordre. J’aime quand c’est rangé mais je n’ai jamais vraiment aimé ranger. J’apprécie mon bureau vide mais je n’aime pas le vider. Je tente donc de me « soigner » pour avoir moins à ranger et le faire plus régulièrement. Je me suis par exemple déjà instauré un petit rituel de ranger mon bureau le dimanche pour qu’il nickel le lundi pour attaquer la journée. Mais ce n’est qu’une mini-solution.

Quelques lectures et une envie

Et c’est là qu’interviens mon envie de minimalisme. Plus j’ai de choses à ranger, moins j’ai de place, plus c’est compliqué et plus ça me désespère… si à l’inverse je tente d’épurer mon environnement, vider les placards et armoires, ranger deviendra plus facile par la force des choses. Bien entendu, tendre vers plus de minimalisme ne m’est pas venu comme ça cette nuit sur un coup de tête.

Quelques lectures m’y poussent. « La magie du rangement » de Marie Kondo invite à jeter beaucoup et ne garder que ce qui a une valeur importante pour nous. J’avais acheté il y a longtemps « L’art de la simplicité » de Dominique Loreau sans accrocher. J’en ai repris la lecture. Point commun des deux le Japon et l’art de vivre bien dans des espaces petits. On retrouve quelques similitudes entre les deux d’ailleurs.

J’ai aussi lu quelques blogs sur le sujet et je me suis même abonné à la formation Minimaliste « Design a simple life » de Brian Gardner : chaque jour une lettre par mail avec des conseils, des choses à faire. Je manque un peu de temps en ce moment pour vraiment appliquer et c’est pourtant en ces moments que j’aurai probablement le plus besoin de trouver facilement chaque objet.

J’imagine sans peine le bonheur que ce serait de retrouver mon bureau bien rangé le matin ou le soir, de trouver rapidement quelque chose dans mon sac qui serait plus léger, de ranger sans peine mes gants de boxe le lundi soir après le sport, de trouver facilement une place pour mes chemises dans l’armoire (et encore on a déjà fait un très grand vide avec les vêtements trop grands à cause de ma perte de poids), de prendre mon gel pour les cheveux sans tout faire tomber dans le meuble de la salle de bain…. Je pense que cela ferait en plus le bonheur de ma petite femme bien plus ordonnée que moi. J’ai déjà vidé certains tiroirs mais le chemin est long.

Dominique Loreau propose trois maximes pour nous guider dans le rangement :

  • Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place.
  • L’ordre économise le temps et soulage la mémoire.
  • Un bon travail commence par un environnement propre et ordonné.

Elles collent bien avec mon envie du moment.

Légèreté

D’un autre côté mon envie n’est pas d’être un réel minimaliste. Même si je ne l’ai pas encore terminé, le livre L’art de la simplicité ne colle pas vraiment à mon état d’esprit sur ce point. Je crois que mon but est surtout de tendre vers plus de simplicité et je dirai de légèreté.

A ce sujet, le minimalisme pourrait aussi concerner mon agenda. Je ne peux pas vous montrer les dernières semaines de novembre et octobre mais il ne reste plus de place. Je me suis gardé trop peu de trous pour respirer et préparer ce que j’ai à préparer mais les semaines sont pleines.

J’ai toutefois déjà adopté une approche plus minimaliste depuis longtemps sur mes sites internet. Mes blogs tendent vers le blanc et la simplicité. Je les allège de plus en plus. Quant à l’alimentation, j’ai aussi cerné que tendre vers les produits naturels et simples est la solution pour me sentir mieux. Je ne parle pas là de végétarisme, végétalisme sans gluten, sans sucre… mais simplement de faire attention à l’équilibre, préférer une pomme à une barre de céréales, une soupe à un plat trop lourd…

Aussi, je me demande si Minimalisme ne va pas être un mot de l’année 2017 mais en lui donnant mon propre cadre. A moins que finalement je ne garde le mot légèreté

— Bertrand

Mes 9 erreurs qui m’ont fait empêcher de courir mon premier marathon (et comment les éviter)

Tu le sais, la première saison du podcast t’a fait suivre la préparation de mon premier marathon. Et tu sais que je n’ai pas pu participer au premier marathon auquel j’étais inscrit, celui tombant le jour de mes 42,195 ans.

J’ai beaucoup réfléchi aux raisons qui ont faites que je n’ai pas pu me présenter sur la ligne de départ. J’en ai fait un guide gratuit au format PDF.

Télécharge le guide

3 comments… add one
  • gidehault Déc 5, 2016 @ 14:24

    Salut Bertrand,
    je suppose que tu connais “L’art d’aller à l’essentiel” de Leo Babauta, je le mentionne ici car c’est pour moi le bouquin qui m’a convaincu sur ce thème de la simplification du quotidien :
    https://www.amazon.fr/Lart-daller-lessentiel-Leo-Babauta/dp/2848995319

    • Bertrand Déc 6, 2016 @ 21:55

      Salut JD. Oui ça fait partie de mes lectures, tant ses livres que son blog

  • Julien Jan 6, 2017 @ 16:33

    J’aime bien ce concept de minimalisme au quotidien car il prend des formes différentes chez chacun, et tous ceux que le “minimalisme” intéressent le prennent par un bout différent.

    Je reste admiratif d’un ancien coloc italien avec qui j’ai vécu quelques semaines : le gars avait 3 valises. Il y tenait ses vêtements, ses vêtements, quelques livres et manuels, les rares “décos” ou souvenirs. Et c’était tout. Quand il a déménagé il m’a expliqué son principe de vie : “tout ce qui dépasse de mes trois valises je le laisse sur place, je le donne ou bien je l’envoi à mon frère”. Résultat quand il en a eu marre de son job à Milan, il a décroché un poste à Paris, en l’espace de 2 semaines il avait démissionné, trié ses affaires, rempli ses 3 valises et habitait à Paris. Impressionnant.

    Pour ma part le minimalisme j’essaye de plus en plus de l’appliquer au niveau matériel : ce qui n’a pas d’utilité n’a pas sa place chez moi. J’essaye de ne pas accumuler et j’évite les “gadgets”. Mais aussi au sens social : je préfère entretenir des relations enrichissantes avec quelques personnes, qu’échanger dans le vide avec beaucoup de monde.

    Je ne sais pas si tu es un redditor mais /r/minimalism est assez cool je trouve (là ce n’est pas que le minimalisme au sens du développement personnel qui est mis en avant)

Laisser un commentaire