379. Une histoire est plus efficace qu’un nom et un slogan

Nous avons tous du mal à nous souvenir des noms. Le meilleur moyen de le faire c’est de lui attribuer une histoire. Et donc la clé pour que quelqu’un se souvienne de votre marque d’une manière unique, c’est d’associer votre nom à des histoires.

Quand nous pensons à un nouveau projet créatif ou une marque, nous buttons souvent sur le nom, le slogan et le logo. Nous parcourons le net à la recherche de bons conseils et nous regardons les autres marques pour nous inspirer.

La question importante

Nous devrions cependant nous poser une question. Que faut-il faire pour ce nom soit unique, remarquable, mémorable. Et il est probable que nous perdions notre temps en se concentrant uniquement sur un nom unique.

Car nous ne retenons pas si simplement les marques, les logos ou les slogans. Nous mélangeons mêmes les grandes marques qui sont pourtant poussées à grand renfort de publicité. Il existe de nombreux tests pour vous en convaincre.

Mais notre cerveau a tout autant de mal à retenir les noms. Combien de fois avez-vous du mal à retenir le nom d’une personne croisée ? Et comment faîtes-vous pour vous en souvenir ? Vous vous accrochez à ce que la personne vous a raconté, un détail, une anecdote.

Notre cerveau retient les histoires

En fait le meilleur moyen pour vous rappeler le nom de quelqu’un est de lui attribuer une histoire. Maintenant inversons les choses. Si vous voulez que l’on se souvienne de vous d’un manière unique, vous devez associer votre nom à une histoire ou une série d’histoires.

S’il n’y a pas d’histoire, la marque devient impersonnelle et vous ne vous en souvenez plus. Plus important encore, une histoire est facile à transmettre. S’il n’y a pas d’histoire, vos fans et vos clients ne peuvent pas la transmettre à quelqu’un d’autre.

— Bertrand

Mes 9 erreurs qui m’ont fait empêcher de courir mon premier marathon (et comment les éviter)

Tu le sais, la première saison du podcast t’a fait suivre la préparation de mon premier marathon. Et tu sais que je n’ai pas pu participer au premier marathon auquel j’étais inscrit, celui tombant le jour de mes 42,195 ans.

J’ai beaucoup réfléchi aux raisons qui ont faites que je n’ai pas pu me présenter sur la ligne de départ. J’en ai fait un guide gratuit au format PDF.

Télécharge le guide

0 comments… add one

Laisser un commentaire