Non aux jump cuts !

Dans notre recherche de créer un contenu parfait nous avons tendance à trop préparer mais aussi à sur-produire le fichier final. Je voudrais donc vous encourager à ne pas trop monter ton épisode et notamment éviter d’avoir recours à cette technique du jump cut venue de YouTube mais tellement désagréable pour l’auditeur.

C’est un défaut qui vient de la volonté de bien faire et du trac du débutant. Nous cherchons à produire un podcast le plus fidèle à l’idée que nous en avons. Et donc nous allons tout faire pour qu’il soit « parfait » :

  • Avant cela commence par une préparation longue et intense qui va au mot près et amène donc à lire ;
  • Après c’est un travail très important pour triturer le son en le compressant, en enlevant les bruits, en modifiant les tonalités… ce qui aboutit souvent à la catastrophe.
  • Après c’est aussi la chasse au moindre blanc, aux hésitations et bruits divers. On fait donc du Jump Cut en coupant tout ça mais cela aboutit à un discours mitraillette pas très agréable à écouter et même difficile à comprendre pour le cerveau de notre auditeur.

D’une manière générale je voudrais vous inviter à éviter la sur-préparation et la sur-production. Nos auditeurs ne recherchent pas la perfection mais des idées nouvelles et un bon moment. Le podcast crée de la proximité et même de l’intimité. Et quand vous parlez à vos amis c’est avec votre voix et sans filtre qui supprime les blancs.

Cela ne signifie pas que vous ne devez pas chercher à les faire disparaître de vos futures productions. Mais cela ne se fait pas forcément au montage. C’est votre apprentissage et votre progression dans votre technique personnelle qui va vous aider à éviter ces hésitations et bruits qui vous gênent.

Vous pouvez ainsi apprendre comment mieux respirer, comment mieux vous installer pour éviter de vous retrouver en apnée, travailler votre diction, apprendre à « jouer » vos idées et avec vos idées.

Et au montage restez minimaliste.

— Bertrand

Mes 9 erreurs qui m’ont fait empêcher de courir mon premier marathon (et comment les éviter)

Tu le sais, la première saison du podcast t’a fait suivre la préparation de mon premier marathon. Et tu sais que je n’ai pas pu participer au premier marathon auquel j’étais inscrit, celui tombant le jour de mes 42,195 ans.

J’ai beaucoup réfléchi aux raisons qui ont faites que je n’ai pas pu me présenter sur la ligne de départ. J’en ai fait un guide gratuit au format PDF.

Télécharge le guide

0 comments… add one

Laisser un commentaire