Suis-je NovoCasual ?

Le marketing a encore frappé et il vise les hommes et leur beauté. Un marché sans doute florissant mais pas facile à cerner, car les hommes sont susceptibles ! Je ne dis pas que les femmes ne le sont pas, mais je prétends que les hommes le sont plus ou qu’en tout cas ils sont moins endurcis aux critiques concernant l’aspect physique et vestimentaire.

Le marketing c’est bien connu doit analyser la clientèle puis la segmenter pour ensuite tenter de lui refourguer ses produits. L’homme a donc été caricaturé avec à chaque fois des termes aussi incompréhensibles qu’inapplicables. Je veux bien entendu parler de ces fameux Métrosexuel, Übersexuel, Rétrosexuel…

Des critères qui classaient les hommes soit dans la catégorie midinet qui en fait trop, soit dans des catégories homme des cavernes qui n’en fait pas assez. A chaque fois nos disait-on, ce sont les femmes qui préfèrent l’un ou l’autre mais le marketing savait nous en mettre de pleines louches pour bien que l’on comprenne à quoi nous devions ressembler.

Et au milieu passe une rivière, que dis-je des fleuves et des mers avec les hommes “normaux”. Ces hommes normaux, ce sont ceux qui ont envie de prendre un peu soin d’eux mais sans pour autant tomber dans l’excès. Car il y a une marge entre prendre soin de soi et se retrouver imberbe et huilé comme un poulet près à être grillé.

L’Oréal s’est donc engoufré dans la brèche et a décrit un nouvel homme : le NovoCasual. Cet homme serait en fait ni trop macho, ni trop féminisé. Juste bien dans sa peau et dans son temps. Le NovoCasual serait donc un homme naturel qui assume le fait de s’occuper de lui mais n’a pas l’intention d’être esclave d’un look. Une sorte d’homme décomplexé qui assume de prendre soin de lui mais assume aussi de ne pas y passer des heures.

Voilà un archétype dans lequel beaucoup d’hommes pourront se reconnaître. Moi le premier. Bien entendu ensuite, L’Oréal s’est bien entendu chargé de trouver au NovoCasual une égérie, Patrick “Docteur Mamour” Dempsey, et toute une gamme de produits adapté… ça reste du marketing.

— Bertrand

Mes 9 erreurs qui m’ont fait empêcher de courir mon premier marathon (et comment les éviter)

Tu le sais, la première saison du podcast t’a fait suivre la préparation de mon premier marathon. Et tu sais que je n’ai pas pu participer au premier marathon auquel j’étais inscrit, celui tombant le jour de mes 42,195 ans.

J’ai beaucoup réfléchi aux raisons qui ont faites que je n’ai pas pu me présenter sur la ligne de départ. J’en ai fait un guide gratuit au format PDF.

Télécharge le guide

2 comments… add one

Laisser un commentaire