Comment j’ai découvert le café

Je n’ai pas aimé le café pendant les 40 premières années de ma vie. Pas faute d’avoir une maman buveuse de café pourtant ! Mais que ce soit en boisson ou dans les gâteaux, je ne supportais pas le goût. Et pourtant, désormais je bois du café tous les matins ! Voici l’histoire de cette métamorphose.

Du café plutôt que du mauvais thé

Vous le savez à la maison c’est le royaume du thé. Nous en vendons en ligne avec ma femme et nous en buvons beaucoup dans la journée. Nous en avons ainsi beaucoup à la maison, principalement en vrac, et de bons sachets.

Mais pas si simple de boire un bon thé en dehors de la maison quand je vais faire des cours ou des formations. Nous avons bien de quoi se faire nos propres sachets à partir du thé en vrac mais pas forcément de quoi faire chauffer l’eau. Nous partons aussi parfois avec un travel mug mais ce n’est pas tous les jours possible pour moi. Difficile de partir avec le travel mug quand je pars en vélo.

Mais dans une journée j’ai souvent des moments creux : avant ou après mes interventions, à l’hôtel en déplacement, au restaurant à midi. Au départ je prenais un thé mais c’était souvent une grande déception !

Généralement le serveur amène un sachet de Lipton pas franchement bon, infusé dans de l’eau bouillante. Le thé est vraiment le parent pauvre dans nos bars et une belle source de bénéfices.

Et le pire, c’est que ces bars pensent nous servir un breuvage un peu élitiste et nous le font payer bien cher. Franchement 2,5 ou 3 euros un sachet de Lipton alors que la boite de 20 coûte moins de 2 euros ça me fout un peu les boules. Alors j’ai… arrêté !

Mais que boire d’autre ? Un jus d’orange sucré ? Un Perrier tranche vendu lui aussi hors de prix ? Je ne bois pas de vin ! Et pourquoi pas un café ?! C’est ainsi que j’ai pris mes premières doses de caféine.

Une nouvelle habitude à Vichy

Mais le véritable coup d’accélérateur a eu lieu à Vichy l’hiver dernier. Grâce à la SNCF qui avait supprimé un train, je me suis retrouvé à devoir trouver comment combler environ 1h tous les lundis matin, entre le moment où je descendais de mon train que je devais prendre plus tôt et le début de mon cours. J’avais ainsi un laps de temps à remplir.

Bien entendu j’aurai pu m’installer dans le hall de la fac et prendre un mauvais thé ou café au distributeur. Mais pour travailler, je me suis vite aperçu que c’était moyen, froid et pas très confortable.

Et un jour, en parcourant les rues, je suis passé devant un coffee shop qui m’a paru sympa : le Venus Barista Coffe Shop. Je suis rentré, j’ai commandé un café et je suis monté m’installer à l’étage. J’avais alors le choix entre de belles tables en bois, un canapé en cuir bien confortable, de petits fauteuils tranquilles. Tout de suite je me suis senti bien dans ce lieu. C’est devenu un peu mon nouveau bureau d’appoint.

Je m’installais à une table avec mon ordinateur et mon café. C’est là que j’ai découvert ce nouveau monde et un peu l’art autour du café. Car oui, le café n’est pas seulement cette boisson coulée et bue mécaniquement en quelques secondes. Je retrouve dans le café une profondeur de dégustation et de découverte semblable à celle du thé.

Chaque lundi j’ai pris mes habitudes de venir un moment, discuter avec le patron, admirer sa machine rutilante, tester ses différents cafés, sentir les arômes, le voir faire une belle mousse de lait. J’ai goûté et apprécié et je lui ai demandé conseils pour profiter de ce plaisir à la maison. C’est lui qui m’a orienté vers l’extraction douce et la french press.

Ma « route du café »

Au départ, j’aimais finalement surtout l’odeur du café. Mais peu le goût, souvent trop fort ou trop amer. Ma vraie découverte du café, c’est ainsi quel le goût peut être bien différent de ce que l’on trouve en machine.

Que l’on peut le faire varier de multiples façons plutôt que de faire juste couler une capsule. Nous avons bien une machine à la maison, mais les capsules étaient loin d’avoir le goût espéré.

Alors un jour j’ai passé le cap. J’ai acheté une petite cafetière french press Bodum et j’achetais à mon barrista vichyssois deux paquets de mes cafés préférés, bizarre de dire ça, moulus spécialement à la bonne taille : Kenya et Ethiopie.

Je me suis ensuite pris au jeu petit à petit. D’abord hésitant sur les doses et les techniques. J’ai même téléchargé l’application Coffee.guru proposant différentes formules pour le préparer et des minuteries. Désormais je m’en passe. Je le fais au feeling.

J’ai ensuite testé d’autres fournisseurs, d’autres mélanges, j’ai fait varié la quantité de café ou le temps d’infusion, j’ai mélangé à la cuillère après avoir versé la moitié de l’eau dans la cafetière pour facilité l’infusion. J’ai même testé le café gras certains matins !

C’est petit à petit rentré dans mes habitudes, dans ma routine matinale quotidienne. J’ai ainsi mon espace dédié au café dans un placard. J’ai aussi dédié des tasses spécialement : une jolie petite tasse bleue, un mug en alu, mes mugs à messages motivants, deux grosses tasses Ikea pour le café gras.

Plusieurs matins par semaine, je me fais mon café, puis je descends au bureau et je m’installe devant mes écrans et mon micro pour enregistrer mon podcast. C’est ma routine d’artisan du podcast. Celle qui me permet d’appuyer sur le bouton enregistrer les yeux fermés.

Mes fournisseurs de café

Mon expérience du café est courte, mais j’ai quelques fournisseurs de cafés :

  • A Vichy, je me fournis logiquement au Venus Barista Coffe Shop. Ils ont 6 ou 7 sortes de café en grain. Il faut bien entendu leur préciser que c’est pour une machine french press ou autre type de consommation.
  • J’ai découvert au printemps dernier les cafés Araku lors d’un week-end à Paris. La boutique est très belle. La marque propose 6 cafés d’un vallée d’Inde. J’ai depuis commandé sur Internet pour me ré-approvisionner. J’apprécie particulièrement les cafés Signature et Sélection. A noter que les cafés sont vendus en différentes moutures et conditionnements. La première fois j’ai acheté la belle boite avec son couvercle en liège et depuis je refait le stock avec des sachets de 200g.
  • J’ai aussi commandé du café Lugat chez MaxiCoffee. Le choix est important et ils ont des moutures pour les méthodes douces. Mon choix s’est porté du Oku du Cameroun, Tarrazu du Costa Rica, Espirito Santo et Tres Barras du Brésil ou encore El Mombacho du Nicaragua. Ils ont des goûts amande, noisette, chocolat…
  • Enfin, j’ai acheté quelques cafés chez Coffea qui a une boutique à Clermont. Là encore ils peuvent le moudre pour une cafetière piston. Je termine actuellement la Pépite de Noël qui était une édition limitée.

Prochaine étape : le Chemex

Mon apprentissage du café et des méthodes douces n’est pas terminée. Ma prochaine étape est de m’acheter une cafetière Chemex. Thibaudd m’a en plus confirmé tout le bien qu’il en pensait.

L’infusion lente permet de libérer plus de saveurs sans amertume. Et puis la cafetière est particulièrement jolie avec son collier de bois.

Et n’hésitez surtout pas si vous avez un café à me conseiller. J’apprends et je découvre.

About the author: Devenir champion du monde de mon monde. Après avoir grandi dans l’idéologie études, boulot, maison, famille, enfant… je me suis pris un mur en pleine face. Obèse, mal dans ma peau, harcelé moralement au boulot… j’ai décidé de m’échapper et construire ma vie. D’abord par le contenu puis par le sport puis par la combinaison des deux. C’est ainsi que je vais devenir champion du monde de mon monde et vous aider à en faire de même. Alors si ce que vous avez lu ici vous a plus vous pouvez aussi me retrouver dans tout un tas d’endroits : Twitter, sur Facebook, Instagram, Pinterest.

Mes 9 erreurs qui m’ont fait empêcher de courir mon premier marathon (et comment les éviter)

Tu le sais, la première saison du podcast t’a fait suivre la préparation de mon premier marathon. Et tu sais que je n’ai pas pu participer au premier marathon auquel j’étais inscrit, celui tombant le jour de mes 42,195 ans.

J’ai beaucoup réfléchi aux raisons qui ont faites que je n’ai pas pu me présenter sur la ligne de départ. J’en ai fait un guide gratuit au format PDF.

Télécharge le guide

4 comments… add one
  • rudy U (@rudykiri) Jan 14, 2018 @ 6:26

    Sympa cet article, moi qui suis un grand fan de café, je suis heureux de découvrir quelques nouveaux fournisseurs… Merci. Un autre bienfait du café ? : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/alzheimer-l-effet-benefique-du-cafe_12340

  • thibaudd Jan 15, 2018 @ 9:15

    Merci pour le lien ! Et merci pour tous les liens avec le café Je vais me faire une petite commande pour alimenter ma Chemex

  • Fred Jan 15, 2018 @ 19:10

    Excellent article ! Je suis également sur ce chemin de la découverte du café depuis un an. Du coup je découvre des marques que je ne connaissais pas (Araku) parmi celles que j’ai déjà testées. Au final je n’ai pas encore trouvé mieux que chez Terres de Café. Un peu loin pour toi pour déguster dans l’une de leurs trois boutiques à Paris mais on peut commander sur leur site.

  • Alex Jan 16, 2018 @ 15:09

    Bonjour Bertrand. Cet article m’a donné envie de m’acheter un petit modèle de cafetière comme celui présenté ici. Mais j’hésite également avec une cafetière italienne Bialetti Moka Express. Je ne sais pas laquelle prendre entre les deux. Un avis suite aux discussions avec le patron du café bar? Sachant que c’est pour une utilisation occasionnelle
    Merci !

Laisser un commentaire