Comment Roam Research remplace Day One dans mon quotidien

Depuis 2011 Day One m’accompagnait dans mon quotidien. Oui je parle au passé. Car Roam Research est venu changer mon utilisation.

J’ai reçu hier la notification que mon abonnement Premium à Day One se termine au 1er janvier et il est probable que je ne le renouvelle pas. Et ce n’est pas une question de coût.

Je ne sais pas trop pourquoi, j’ai commencé à déserter petit à petit mon Day One. Alors que je tenais mon journal quotidien dessus j’ai commencé à explorer d’autres pistes. C’est ainsi que le Bullet Journal est entré dans ma vie avec une gestion des tâches hybride qui s’est avéré assez performante.

J’ai toujours besoin d’un journal. Mais j’ai découvert d’autres outils. Et parmi eux Roam Research. Et ce dernier a bouleversé ma manière de travailler.

Je considère même comme un pilier de ma démarche minimaliste car il rassemble tout ce que je veux faire avec un seul outil : prendre des notes, réfléchir, écrire, gérer mon quotidien…

Et c’est ainsi qu’il a remplacé Day One dans mon quotidien. Je peux reprendre l’idée de mon journal numérique mais en lui ajoutant la force des liens de Roam Research.

Il m’est devenu très difficile par exemple de retrouver vraiment toutes les informations dans Day One. C’est classé dans des journaux. Je passe par la recherche ou les tags. Je récupère des listes de pages à parcourir pour retrouver un élément.

A côté Roam Research me permet d’accéder directement à la ligne qui m’intéresse dans chacune de mes notes. Petit à petit j’ai commencé à tenir un journal de mes journées dans Roam Research. Et j’ai donc appliqué mon modèle de journal dedans. Voici comment.

A ce stade je peux dire que Roam Research bouscule vraiment les choses. C’est le logiciel qui me coûte le plus cher au final. Mais il devient mon deuxième cerveau.

— Bertrand

Mes 9 erreurs qui m’ont fait empêcher de courir mon premier marathon (et comment les éviter)

Tu le sais, la première saison du podcast t’a fait suivre la préparation de mon premier marathon. Et tu sais que je n’ai pas pu participer au premier marathon auquel j’étais inscrit, celui tombant le jour de mes 42,195 ans.

J’ai beaucoup réfléchi aux raisons qui ont faites que je n’ai pas pu me présenter sur la ligne de départ. J’en ai fait un guide gratuit au format PDF.

Télécharge le guide

0 comments… add one

Laisser un commentaire